Ce que pense Marcel... de Christina Kirchner et de la dette argentine

152694.jpg
Christina Kirchner est depuis peu connue des français comme la seconde femme élue présidente en Amérique Latine. Pourtant cette dernière était déjà venue en France en février dernier afin de conclure des accords commerciaux qui contribuent au remboursement de la dette extérieur de son pays. Cela n'a pas échappé à l'oeil avisé de Marcel toujours au fait de l'actualité de son continent d'origine.

L’Argentine étant le 3ème partenaire commercial de la France en Amérique Latine, la venue de celle qui était alors sénatrice avait pour objet une rencontre avec des investisseurs français. Mais l’opération séduction n’était pas chose aisée. En effet pour lutter contre une inflation galopante et l’explosion de la pauvreté, le gouvernement de Nestor Kirchner avait gelé les tarifs de la distribution d’eau, d’électricité et de gaz. Problème : les leaders sur ces marchés étaient alors des firmes françaises qui avaient profité des vagues de privatisations des années 90. Pour ne rien arranger à cette situation, l’indexation du peso argentin sur le dollars US s’acheva et les entreprises françaises dont les dettes étaient alors en dollars se trouvèrent confrontées à de lourdes pertes financières.  

Les exports un levier pour réduire la dette extérieure.
 
Depuis la croissance est revenue (entre 8 et 9% depuis 2003.) Les investisseurs français reviennent eux aussi et détiennent désormais 50% des secteurs de la grande distribution, des banques et des assurances. D’autre part l’Argentine exporte à nouveau ses matières agricoles vers l’Europe. Un jeu qui n’est pas à somme nulle puisque d’un coté l’Argentine rembourse une grosse partie de sa dette extérieure grâce à son excédent commercial. De l’autre côté les bailleurs de fonds privés pourraient voir leurs créances remboursées comme l’avait été celle contractée par l’Argentine auprès du FMI (9,6 milliards de dollars.) Reste que les pays membres du Club de Paris espèrent eux aussi le recouvrement de la dette de 6,3 milliards de dollars US contractée par l’Argentine. Ce seront sans doute des sujets de débat en mai prochain au sommet de Lima entre l’UE et les pays d’Amérique Latine et des Caraïbes en mai prochain.     Nestor-Kirchner-Cristina-Fernandez-450x247.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :